vendredi 30 avril 2010

Doom

Histoire de meubler ce blog avec un peu de hors sujet, je vais vous parler de Doom, ce bon vieux FPS (first-person shooter), auquel je me suis récemment remis à jouer.

Rien à voir avec Mu, je ne fais que raconter un peu ma vie vidéoludique !

Le jeu vidéo

Doom parut en 1993, développé par Id Games, publié par Apogee. Il connut un large succès par sa qualité intrinsèque, par la vaste distribution de sa version de démonstration, et dans le sillage du succès précédent de l'éditeur, Wolfenstein 3D.

Ce jeu met en scène d'affreux démons ayant envahi des bases martiennes, et transformé des humains en zombies. Le joueur interprète un soldat luttant contre eux, ce qui est l'occasion de massacrer des centaines de créatures avec des armes variées, le tout avec force explosions et sang qui gicle. La vision est du point de vue du protagoniste, d'où le nom de first person shooter décrivant ce type de jeu. Doom est en simili-3D : même si on parcourt des escaliers et ascenseurs, le plan global de chaque niveau est en 2D, tout comme les différents calculs concernant les monstres et les tirs.


Les controverses

Doom a toujours été critiqué pour sa violence et ses graphismes gore et sataniques. Archétype du jeu vidéo violent, il déchaîna les passions dans les années 90, et a toujours gardé une petite odeur sulfureuse...

A la suite la fusillade du lycée Columbine en 1999, Doom subit une nouvelle vague de critiques. En effet, les deux protagonistes de cette tuerie possédaient un site web sur lequel ils avaient posté des WAD (scénarios de Doom) de leur création, assez médiocres selon l'avis général. Une rumeur a couru sur le fait qu'ils avaient préparé leur carnage en s'entraînant sur un WAD reproduisant les plans de leur lycée, mais il s'agit d'une légende urbaine.

Moi et Doom

A l'époque de sa sortie, en 1993, j'étais étudiant et déjà fan de Wolfenstein avec mes condisciples, autant dire que Doom fut un grand succès par chez nous !

Ensuite, à la fin des années 90, je suis devenu fan d'autres FPS un peu plus "évolués" comme Quake 2 puis Half-Life, et ce n'est que très récemment que je suis revenu vers Doom. J'ai acheté l'an dernier un petit PC mini-portable Aspire One, une machine peu puissante, et je cherchais à y installer quelques petits jeux peu gourmands en mémoire vive et en espace disque.

Doom est parfait comme petit jeu à installer sur un portable ou une clef USB : sur moins de 20 méga-octets, vous pourrez caser un moteur de type GZDOOM et le WAD (scénario, graphismes, sons, musique...) du jeu originel. Et on (re)devient accro assez rapidement à ce jeu et à son ambiance.

Inspirations

A noter que l'un des trois auteurs principaux du jeu (avec John Romero et American McGee) fut Sandy Petersen, auparavant connu comme auteur du fameux jeu de rôles L'appel de Cthulhu, d'après les oeuvres de Lovecraft.

On retrouve dans Doom de nombreuses inspirations venues du monde du jeu de rôle ou des oeuvres de Lovecraft. Ainsi, l'un des monstres de Doom, le Cacodémon, est inspiré de la tête du Cuirassé Astral en couverture du Manual of the Planes de Advanced Dungeons & Dragons.



Les ports de Doom

L'éditeur id Software a rendu libre le moteur du jeu Doom en 1997, ce qui a conduit de nombreux développeurs à travailler sur des version améliorées du jeu. L'une des premières fut BOOM, développée par l'équipe TNT, qui avait auparavant travaillé sur l'extension Final Doom.

Voici un schéma de la généalogie des moteurs de Doom existant en 2003. D'autres moteurs sont apparus depuis (ReMooD, Chocolate Doom...).

Plusieurs moteurs permettent d'avoir des textures à haute définition, ainsi que des monstres réellement en 3D plutôt que les sprites (dessins un peu figés) du jeu originel.


Il existe aussi une vraie version 3D d'un jeu dans cet univers, Doom 3, mais il est plus gourmand en ressources informatiques ! Un Doom 4 est en préparation...

Les WAD

Pour jouer, il ne suffit pas d'un moteur, il faut aussi avoir les scénarios de jeu, que l'on appelle les WAD (Where's All the Data?). Il en existe deux sortes : les IWAD (Internal) et les PWAD (package WAD). Les IWAD incluent les graphismes et le comportement des monstres et décors, la musique, etc. Les PWAD contiennent des niveaux alternatifs, parfois d'autres modifications. Un PWAD ne peut pas fonctionner tout seul, il faut disposer de l'IWAD sur lequel il se base. En dehors des WAD, d'autres compléments (addons) peuvent être utilisés.

Les IWAD commerciaux sont :
- doom.wad : l'IWAD du jeu de base, incluant 3 épisodes (dans la version originelle) ou 4 (dans la version Ultimate Doom)
- doom2.wad : une nouvelle version du jeu, avec le même moteur mais un nouveau scénario, de nouveaux monstres, etc.
- tnt.wad et plutonia.wad : deux IWAD fournis dans l'extension Final Doom
- hexen.wad, heretic.wad et strife.wad : les IWAD de Hexen, Heretic et Strife, des jeux médiévaux-fantastiques tournant avec le moteur de Doom.

Les IWAD gratuits sont :
- doom1.wad : l'IWAD de la version de démonstration du jeu, qui ne comprend qu'un seul épisode (sur 3) du jeu original
- Il existe aussi des version de démonstration de Hexen, Heretic et Strife
- Freedoom est le projet de reconstruire des IWAD complètement libres de droits, avec de nouveaux graphismes. Dans le cadre de ce projets ont été construits des IWAD équivalents de doom.wad, doom2.wad et doom1.wad
- Blasphemer est le projet d'une version libre de Heretic, mais à ce jour très incomplet : notamment il manque les graphismes des monstres
- Chex Quest est une variante non-violente de Doom, qui avait été distribuée dans les boîtes de céréales Chex. Le joueur y téléporte des extraterrestres verts et gluants. On trouve facilement et légalement les deux WAD de l'époque, Chex Quest 1 et Chex Quest 2, et un Chex Quest 3 a récemment été développé.


Comment jouer gratuitement à Doom 1/2 ?

Il vous faut d'abord disposer d'un moteur de jeu. Les avis sont très divergents, mais le consensus semble se faire sur ZDOOM pour les puristes et Doomsday Engine pour les modernes (3D, etc.), même s'il existe des fans de Skulltag (pour le multijoueur), de Chocolate Doom (pour les ultra-puristes), de Doom Legacy et d'autres ports...

Personnellement, j'en suis venu à plutôt conseiller GZDOOM après avoir été quelques temps fan de Doom Legacy en général, et avoir utilisé Doomsday Engine pour jouer les PWAD qui ne marchent pas avec Legacy. GZDOOM est fluide, stable, peu gourmand et régulièrement mis à jour. On le trouve là

Ensuite, il vous faut un IWAD. On trouve facilement des version pirates des IWAD commerciaux, mais évidemment je ne vous recommande pas de les chercher ; vous pouvez les acheter sur des plateformes légales comme Steam. En gratuit, vous pouvez opter pour les IWAD libres de Freedoom ou les IWAD psychédéliques de Chex Quest 3. Mais le plus simple est tout simplement de télécharger l'IWAD doom1.wad de démonstration, qui est assez riche pour jouer quelques heures...

GZDOOM détecte automatiquement les IWAD disponibles, si vous les avez placés dans le même répertoire que l'exécutable. Sinon, il faut faire un peu de paramétrage pour pointer vers le bon répertoire, mais rien de méchant. Lancez le logiciel ; ensuite vous pouvez paramétrer les options comme vous voulez : configuration de la souris et du clavier, résolution et taille de l'écran ... puis lancez-vous dans le carnage !

Pour utiliser des PWAD, c'est un peu plus compliqué et il y a un peu de paramétrage manuel à faire (ou vous pouvez utiliser un lanceur comme ZDL), vous pourrez voir ça plus tard...

Ensuite, vous pourrez même vous amuser à créer des niveaux, avec des éditeurs de niveaux type Doom Builder, et des modificateurs de WAD type XDE.


Liens
- (fr) Article Wikipedia sur Doom
- (fr) Description de différents ports
- (en) Site officiel de GZDOOM
- (en) Wiki sur ZDOOM
- (en) FreeDoom
- (en) The top 100 WADs of all times (1994-2003) suivi des Cacowards (2004+)