jeudi 18 novembre 2010

Planètes, ou presque

La découverte des planètes du système solaire s'est fortement accélérée à la fin du 19e siècle, occasionnant également une avalanche de planètes hypothétiques aujourd'hui rejetées ou pas encore découvertes. En voici un petit catalogue commenté des planètes et satellites qui ont failli existé, ou pourraient exister...

Vulcain : une planète très proche du soleil, postulée en 1860 par Urbain Le Verrier (par ailleurs découvreur de Neptune) pour expliquer les anomalies dans la vitesse de révolution de Mercure. Ces anomalies ont cependant été expliquées par la théorie de la relativité générale (l'espace-temps mercurien est déformé par le soleil) réfutant ainsi l'existence de Vulcain. Néanmoins, certains postulent la possibilité d'astéroïdes entre Mercure et le Soleil, les vulcanoïdes.

Lune de Mercure : Etant donné la proximité avec le soleil, il est très difficile d'observer Mercure, et la présence d'un tout petit satellite serait possible. On aura une confirmation en 2011 avec la sonde Messenger. Un faux espoir naquit en mars 1974, mais c'était une erreur d'observation de la sonde Mariner 10.

Neith (lune de Vénus) : Ce satellite fut observé aux 17e et 18e siècles, mais il s'agissait sans doute d'illusions d'optique. Il existe un astéroïde tournant autour de Venus, découvert en 2002, mais trop petit (300 mètres) pour être considéré comme un satellite.

AUTOUR DE LA TERRE
Anti-Terre : Une planète purement hypothétique aux antipodes de notre Terre. Les observations spatiales l'ont totalement réfutée.
Théia (ou Orphée) : L'objet céleste qui aurait impacté la proto-Terre, fusionnant avec elle et créant la Lune par cet impact.
Lilith (Lune noire) : Une hypothétique seconde lune de la Terre. On ne l'a jamais trouvée, même si on a trouvé plusieurs astéroïdes compagnons de la Terre.

DANS LA CEINTURE D'ASTEROIDES
Planète V : Une planète qui aurait circulé entre Mars et Jupiter, bousculant certains astéroïdes (notamment Théia, voir plus haut). D'une orbite très instable, elle aurait fini par disparaître dans le Soleil. Cette théorie fut proposée en 2002 par John Chambers et Jack Lissauer, de la NASA.
Phaéton / Tiamat : Une planète dont la destruction aurait donné naissance à la ceinture d'astéroïdes. Elle fut postulée en 1802 par l'astronome Heinrich Olbers, mais le nom Phaéton fut proposé par Yevgeny Leonidovitch Krinov au 20e siècle. L'écrivan Edmund Hamilton la nomma Katan. Aujourd'hui, la théorie la plus répandue est que les astéroïdes sont plutôt la trace d'une planète qui n'a jamais réussi à se former, en raison des perturbations gravitationnelles causées par Jupiter.

Thémis, satellite de Saturne : Erreur d'observation de William Henry Pickering en 1905, pour lequel il reçut tout de même un prix de l'Académie des Sciences. Quelques années plus tôt, en 1861, Hermann Goldschmidt crut également découvrir un satellite de Saturne, Chiron.

DANS LA CEINTURE DE KUIPER (la planète X, les planètes transneptuniennes)
Pluton : Ce planétoïde fut considéré comme une planète de 1930 à 2006, mais finalement rétrogradé pour plusieurs raisons, notamment la découverte de plusieurs planétoïdes de taille semblable, voire plus gros (comme Eris). Par ailleurs, Pluton ne tourne pas réellement autour du Soleil selon les Lois de Kepler ; c'est plutôt un corps céleste suivant la trace de Neptune. Si Pluton est une planète, alors il aurait fallu inclure de nombreux autres corps célestes dans cette catégorie... Pluton n'est pas le seul planétoïde suivant l'orbite de Neptune, on appelle ces astres les plutinos (à ne pas confondre avec les plutoïdes, planétoïdes transneptuniens ressemblant physiquement à Pluton).
Super-Pluton (ou Aernus) : Postulée en 2008 par Patryk Lykawka et Tadashi Mukai, elle aurait une taille de l'ordre de celle de la Terre.
Nibiru : Selon les textes babylonies, la planète associée au dieu Marduk, dont l'orbite la rapprocherait occasionellement de la Terre, causant des catastrophes.
Perséphone : Une hypothétique géante gazeuse, plus grande que Jupiter. Postulée initialement pour expliquer des anomalies dant l'orbite de Neptune, elle reste une hypothèse pour certains astronomes.
Planètes de Pickering : plusieurs planètes proposées par William Henry Pickering entre 1908 et 1932
Némésis : Une hypothétique étoile naine proposée en 1984 par Richard A. Muller.

Liens
- (fr) Article Wikipedia sur les planètes hypothétiques, avec des liens vers des articles sur chaque planète concernée.
- (fr) Article Wikipedia sur les plutinos.

Images
- Pluton vu par Hubble, avec ses trois lunes connues : Charon, Hydra et Nix (NASA)
- Evocation d'une collision entre planètes (NASA)
- Une évocation de l'orbite de Niburu

mercredi 17 novembre 2010

Exaltés & Qwixalted

Exaltés est l'un des jeux-phares de l'éditeur White Wolf, un univers médiéval-fantastique teinté de mythes tant européens qu'asiatiques. Le premier âge de cet univers fut marqué par le règne terrestre d'humains exaltés dotés de pouvoirs surnaturels : les Exaltés Célestes. Les plus puissants étaient les super-héroïques Exaltés Solaires, secondés par les Exaltés Lunaires (assimilables à des lycanthropes) et les Exaltés Sidéraux (assimilables à des mages). Les Exaltés Solaires, devenus fous et assoiffés de puissance, furent exterminés... Le règne de l'humanité commença, menée par les Exaltés Terrestres, dévoués aux 5 éléments (Eau, Air, Feu, Terre, Bois).

Dans ce Deuxième Âge, les personnages-joueurs sont des Exaltés Solaires réincarnés, êtres surpuissants, pourchassés et maudits. Les Exaltés Terrestres dominent le monde, les sauvages Exaltés Lunaires sont exilés aux frontières, les Exaltés Sidéraux agissent dans l'ombre, et des créatures inhumaines menacent la Création : les Exaltés Abyssaux au service de la Mort, les Autochtoniens (Exaltés Alchimiques) mi-hommes mi-machines venus d'un autre univers, et les Rakshas féeriques et cruels. Si le livre de base se concentre sur les Abyssaux, les suppléments permettent de jouer tous les types d'Exaltés, voire des Rakshas ou même des humains normaux (ou presque), ou encore des sauriens humanoïdes...

A ses débuts, Exaltés se présentait comme la préhistoire officielle du Monde des Ténèbres, l'univers fantastique développé par White Wolf, notamment dans les gammes Vampire. Ce lien fut affirmé dans les premières publicités du jeu (Before there was a World of Darkness ... there was something else) et confirmées dans certaines publications, comme la sous-gamme des Vampires d'Orient, particulièrement dans son supplément médiéval Le Sang et la Soie détaillant les deux premiers âges du monde en conformité avec Exaltés, et confirmant la nature des Vampires d'Orient en tant que réincarnation des Exaltés Terrestres. Néanmoins, White Wolf affirmera par la suite que ces univers sont indépendants, malgré des parallélismes évidents.

D'une excellente qualité globale, riche de nombreux suppléments sur deux éditions, Exaltés a de nombreux pratiquants. Néanmoins, le prix d'une telle richesse et de personnages aussi extraordinaires est que les règles du jeu sont très complexes et riches. Ainsi, outre les sortilèges magiques et les arts martiaux extraordinaires, les Exaltés bénéficient de Charmes, qui sont des usages superhéroïques des compétences du personnage. Et chaque type d'Exalté possède sa propre liste pléthorique de Charmes, avec des fonctionnements différents. Cette complexité est un frein pour nombre de potentiels maîtres du jeu, comme moi-même...

C'est pour cela que plusieurs personnes se sont attelées à adapter Exaltés à des règles plus simples, et c'est aussi pour cela que certains se sont réintéressés à Exalted Quickstart ou Free Introductory Kit, une version ultra-simplifiée du jeu que White Wolf avait originellement mis à disposition gratuitement pour promouvoir la sortie prochaine du jeu. Cette version ne proposait notamment pas de système de Charmes, et réduisait les caractéristiques du personnage à 5 attributs, sans système de compétence.

Récemment, le rôliste américain Jarvis Mishler s'est mis à retravailler sur la base de cette version de découverte, en l'enrichissant d'un système de Charmes ultra-simplifié et unifié, ne nécessitant plus de compulser les lourds ouvrages du jeu, l'essentiel des règles étant résumées sur les fiches de personnage. En gros, le personnage achète des charmes génériques qu'il affecte à une compétence, qui devient ainsi surnaturelle. Par exemple, pour les Solaires, les charmes génériques sont Overwhelming, Reaching, Multiple, Paced, Supernatural, Holy ; un personnage peut donc avoir Holy Martial Arts pour faire très mal aux créatures maléfiques, Multiple Socialize pour convaincre d'un coup tout un groupe d'individus, etc.

Ce projet Qwixalted est donc à suivre attentivement... A titre personnel, il me décidera peut-être enfin à vaincre mes réticences à enfin plonger dans cet univers ludique baroque et mythique !

Liens
- (fr) Fiche d'Exaltés sur le GRoG
- (en) Fil de discussion rpg.net consacré à Qwixalted
- (en) Fiches Qwixalted des différents types d'Exaltés
- (en) Exalted Quickstart sur Google Docs (il est également disponible sur le site de White Wolf, mais le téléchargement ne fonctionne pas à l'heure où j'écris cet article)

Images
- couvertures de suppléments White Wolf
- carte de la création (par Stephen Lea Sheppard)
- fiche Qwixalted d'Exalté Solaire

lundi 15 novembre 2010

Célesterres de Jorune

Skyrealms of Jorune est un jeu de rôle mythique, l'un des univers de jeu de rôle les plus riches et originaux, avec Glorantha, Tékumel et Talislanta. C'est un décor de Science Fantasy, d'apparence médiéval-fantastique avec de nombreux éléments de science-fiction. Jorune est une planète colonisée par les Terriens. Des siècles après une longue guerre entre colons et autochtones, les humains vivent aujourd'hui dans une société revenue à une technologie médiévale. Ils cohabitent avec de nombreuses races locales ou venues d'ailleurs, dans un monde où règne une force semi-magie, l'Isho.

Le jeu a une excellente réputation, grâce à sa qualité d'écriture et la beauté des illustrations (notamment celles de Miles Teves). Hélas, depuis le milieu des années 90, plus rien n'est sorti pour cet univers, en raison de la fâcherie entre les deux principaux auteurs, Andrew Leker et Amy Kalish.

C'est pour cela que les fans de Jorune sont actuellement très surpris de l'apparition sur internet de deux sites internet francophones :
- http://www.jorune.fr/ : un site qui accueillera une encyclopédie illustrée en ligne de Jorune
- http://www.celesterres.com/ : le site d'un éditeur qui proposera une version française de Jorune
Sur le site des éditions Célesterres, on peut déjà télécharger le début du livre du joueur, dénommé Le guide du Tauther. Un 2e livre est prévu, nommé Livre du Sholari, réservé sans doute au maître du jeu.

Pour l'instant, aucune info n'est disponible concernant ce projet, les personnes concernées et les conditions légales de cette résurrection. Si vous avez des informations, je suis preneur (e-mail ou commentaire).

Liens
- Fiche sur le GROG
- Miles Teves, illustrateur
- jorune.org, un très riche site (en anglais)
- jorune.fr, future encyclopédie francophone en ligne
- Les éditions Célesterres

Images
- Boîte d'Alien Logic, le jeu video tiré de Jorune
- Sites celesterres.com et jorune.fr