mercredi 12 janvier 2011

Next

Voici un petit article pour brièvement traiter d'un film mineur mais avec des éléments intéressants, Next de Lee Tamahori. L'affiche du film annonce par l'auteur de Minority Report pour signaler que le film est également inspiré par une nouvelle de Philip K. Dick, mais il est beaucoup moins brillant que le film de Spielberg.

Nicolas Cage y joue un personnage doté d'un pouvoir de prémonition à portée courte (2 minutes), bien qu'il puisse le pousser beaucoup plus loin en faisant des efforts. Il gagne sa vie en exerçant le métier de magicien dans les casinos, et également en jouant à des jeux d'argent, en essayant de rester raisonnable pour ne pas se faire repérer. Il va néanmoins être soupçonné de fraude par les responsable d'un casino, d'où une première scène de poursuite où son pouvoir va l'aider. Suite à cela, il va rencontrer une jolie jeune femme (Jessica Biel) qu'il se savait destiné à rencontrer. Celle-ci va tomber amoureuse de lui, et l'aider à échapper au FBI qui le traque et à de mystérieux terroristes qui veulent le tuer. Il finira par être capturé par le FBI, qui le forcera à collaborer avec eux pour déjouer un projet d'attentat terroriste, ce qu'il fera d'autant plus volontiers que les terroristes en question ont capturé sa nouvelle petite amie.

Le film est très intéressant dans sa façon de mettre en scène le pouvoir de prémonition, qui est toujours actif. On voit souvent à l'écran le héros se faire capturer, voire tuer, mais l'image revient aussitôt quelques secondes en arrière, car ce que l'on vient de voir n'était qu'une des possibilités explorées par le héros ! De même, vers la fin du film on a une scène très amusante où on voit le héros se démultiplier à l'écran pour représenter les différentes voies futures qu'il explore, dans un cargo rempli de mines et de tireurs d'élite.

Malgré l'excellente idée du pouvoir de prémonition et de sa mise en image, le film en lui-même est très décevant, en raison d'un scénario assez faible, visant juste à mettre en image une poignée de scènes d'actions pimentées par le pouvoir du héros : une poursuite dans un casino, une avalanche et un raid du FBI dans un cargo occupé par des terroristes.

La fin du film est intéressante, puisqu'elle remet en cause la quasi-totalité de ce que l'on a vu sur l'écran (qui n'était qu'une longue prémonition). Je me rappelle encore du soupir de déception de la majorité des spectateurs au cinéma. Moi ça m'avait plutôt amusé !

En tout cas, la variante de prémonition utilisé par le héros est assez intéressante... Dans un scénario de jeu de rôle, l'usage de pouvoirs de prophétie est assez difficile à mettre en scène. En général, il consiste à donner des indications (les plus vagues possibles) sur le futur à moyen terme, ou alors à donner des bonus dans une bagarre (ou autre conflit) pour simuler les avantages tactiques offerts par une divination à très court terme. J'ai également vu quelques cas où ça marche également comme décrit dans le film, c'est à dire que lorsqu'un personnage se fait tuer ou qu'une catastrophe similaire arrive, l'un des joueurs peut décréter que cela n'était qu'une possibilité, ou qu'un mauvais rêve, et on rejoue la scène. C'est typiquement de cette façon que fonctionne les points de destin dans pas mal de jeux de rôles, des sortes de jokers pour sauver la peau de son personnage. Il me semble me souvenir que plusieurs jeux de rôles proposent également des pouvoirs de prémonition fonctionnant de cette façon, mais je n'arrive pas à les lister de mémoire. Je me replongerai dans ma collection pour faire un article dédié...